Entretien avec Wim Dries, Président de la VVSG

 Maintenir une belle tradition et en être le porte-drapeau

A la question de savoir s’il est familier de l’Institut ou du Collège, Wim Dries, nouveau Président de la Vereniging van Vlaamse Steden en Gemeenten (VVSG) depuis le 7 décembre 2016, répond que les contacts ne se sont pour l’instant effectués que par l’intermédiaire de ses collaborateurs. Une situation qui changera rapidement, dès qu’il sera mieux familiarisé avec sa nouvelle mission.

Je me suis bien entendu préparé à cet entretien et je sais que votre organisation a une tradition de très longue date, mais je ne connais pas encore très bien le fonctionnement de l’Institut et du Collège. La Ville de Genk accueille toutefois les nouveaux lauréats et/ou Elites du Travail chaque année à la maison communale, et leur offre une belle réception. Toutes les Elites de Genk sont par ailleurs conviées à cette manifestation. – D’autre part, la VVSG tient à souligner qu’une procédure plutôt rigoureuse et administrativement lourde est nécessaire afin d’organiser une telle promotion. Lorsque j’en parle avec mes collègues bourgmestres, je constate qu’il trouvent fréquemment la procédure assez compliquée. Mais j’insiste sur l’importance d’une reconnaissance et d’une rétribution officielles du travail, et nous constatons également que ceci est très apprécié par les gens.

 

Notre société actuelle consacre-t-elle suffisamment d’attention à des valeurs telles que le travail et l’engagement social, à une époque où l’ « homo economicus » est au centre des préoccupations, et où la question primordiale est la suivante: “qu’est-ce que cela rapporte?”; “quelle est la valeur ajoutée?”? Les autorités locales et la VVSG s’intéressent-elles suf­fisamment à cette forme de reconnaissance et d’appréciation, qui ne se traduit pas immédiatement en espèces sonnantes et trébuchantes?

 

– Je pense que beaucoup d’organisations apprécient et rétribuent encore le travail et l’engagement social. Je constate que nombre de villes et de communes maintiennent cette belle tradition et y accordent beaucoup d’importance. La question est la suivante : comment pouvons-nous mieux attirer l’attention sur et mettre en lumière cette reconnaissance nationale, que vous décernez et pour laquelle vous avez besoin d’une organisation? Personnellement, je tiens à y contribuer et à participer à la réflexion quant à la meilleure façon de promouvoir cette philosophie. – La question que je vous pose est celle-ci : comment les administrations locales peuvent-elles en renforcer la notoriété? L’Institut et le Collège discernent-ils des opportunités pour que les administrations locales et la VVSG y contribuent au mieux? Je pense à la procédure relative à la promotion des lauréats du travail dans son ensemble, mais plus particulièrement aux secteurs d’activité, dans lesquels vous êtes pourtant très actifs. Quelle approche adopter et comment reva­loriser cela, d’une manière ou d’une autre, tant dans le secteur public que privé?

 

Une procédure compliquée

 

Nombre de vos collègues estiment que la procédure actuelle est trop longue et trop compliquée. Partagez-vous cette opinion, ou manquons-nous certains aspects?

 

– Je pense que c’est surtout une tracasserie administrative. J’ai fait quelques recherches et constaté que les préparatifs prennent pas mal de temps. Il faut entre douze et dix-huit mois afin de clôturer la procédure. La province et le SPF Intérieur doivent approuver la demande, le dossier doit être transmis au Roi pour publication au Moniteur Belge, et ainsi de suite. Voilà qui prend du temps.

 

Serait-il possible, par l’intermédiaire de la revue Lokaal de la VVSG, qui est lue assidûment par les administrations communales, de commenter la procédure et d’éventuellement promouvoir de nouvelles initiatives? En ce qui concerne l’accessibilité du personnel, il est peut-être possible, par l’intermédiaire de la Gestion des Ressources Humaines des communes et provinces, d’informer le personnel des nouvelles initiatives de l’Institut, et d’éventuellement accompagner celui-ci afin que la procédure lui soit rendue plus simple?

 

– C’est ce que nous faisons dans notre commune; le service du personnel défend le dossier, et c’est repris dans notre revue mensuelle. En ce qui concerne la VVSG, je trouve que votre proposition constitue une bonne suggestion et je compte certainement m’engager dans cette voie, si vous fournissez l’apport nécessaire. On me dit à la VVSG que l’attention portée à ce genre de procédures complexes par les administrations communales et provinciales a diminué ces dernières années.

 

Comment motiver les gens?

 

– Je pense que beaucoup d’organisations attachent de l’importance à l’appréciation que méritent les gens pour leurs prestations. La question est de savoir comment nous pouvons motiver les gens à solliciter cette distinction. La VVSG peut réfléchir avec vous à la façon dont nous pouvons mieux mettre ces distinctions en lumière. Montrer clairement que l’Institut existe. Nous pouvons veiller ensemble à ce que cette distinction suscite à nouveau plus d’enthou­siasme, et je trouve que les admini­strations locales sont bien placées pour y contribuer.

 

Trouvez-vous justifié – comme la procédure le prescrit actuellement – que ce soit aux personnes elles-mêmes de présenter leur candidature afin d’obtenir une décoration du travail? Ne serait-il pas plus sensé que les services du personnel des admini­strations locales se chargent de cette mission?

 

– Pour autant que je sache, aucune administration communale ne se charge de faire la demande, et ce n’est pas évident au vu des dispositions légales en la matière, que nous devons bien entendu respecter. Je trouve néanmoins – au vu de nos expériences – qu’il s’agit d’un point de discussion intéressant.

 

La “Vereniging van Vlaamse Steden en Gemeenten”

La Flandre compte actuellement 308 communes et tout autant de CPAS. La “Vereniging van Vlaamse Steden en Gemeenten” est l’organisation coupole de ces admi­ni­strations locales. Elles paient une cotisation sans engagement d’environ un euro par habitant. Ces moyens permettent à l’asso­ciation d’assister ses membres. Elle répond ainsi à des milliers de questions émanant de collaborateurs et de politiciens qui travaillent pour une commune ou un CPAS. Elle fournit nombre d’informations quant à toutes sortes de nouvelles évolutions. La VVSG se charge également de la défense d’intérêts. Elle est un interlocuteur solide des gouvernements, et négocie avec ces administrations afin d’aboutir à de bonnes lois et de bons décrets, qui peuvent renforcer l’admini­stration locale. La VVSG assiste également les administrations locales afin de parvenir à une meilleure politique et une meilleure gestion de la commune et du CPAS. L’association travaille également sur des thèmes tels que la démo­cratie locale, et la politique durable tant au niveau local que mondial. La VVSG emploie plus de 150 collaborateurs. Les trois asso­ciations régionales de villes et communes de Flandre (VVSG), Wallonie (UVCW) et Bruxelles (Brulocalis), forment l’Union des Villes et Communes Belges. L’UVCB veille à l’échange d’informations et à la concertation entre les associations régionales, et à la représen­tation internationale des villes et communes.

 

 

Traduit par Régine,

Confédération Construction

Wim Dries, Bourgmestre de Genk

Les commentaires sont fermés.